Notre histoire

bg-histoire

Première génération

Il y a maintenant 100 ans, alors que le monde entrait dans son premier conflit mondial, Alphonse Derome fondait son entreprise: A. Derome. L’histoire familiale relate que, chaque été, Alphonse était mis à pied par son employeur qui le réembauchait à l’automne. Après plusieurs années de ce régime, Alphonse se risque à demander un mois supplémentaire afin de bâtir sa maison et d’y loger sa famille. L’employeur accepte et lui assure même que son emploi l’attendra à son retour. Mais lorsqu’il se présente au travail, on lui apprend sans plus de considérations qu’on l’a remplacé et que ses services ne sont plus requis. Alphonse insiste, mais rien n’y fait. On lui a indiqué la sortie, et la décision est sans appel.

Par bravade, Alphonse lance: «si vous ne me réembauchez pas, je vais lancer ma propre entreprise et je vais vous opposer une féroce compétition!» L’employeur, un peu amusé et sûr de lui, rétorque qu’il contactera tous les fournisseurs et fera tout pour le bloquer. Piqué au vif, Alphonse Derome décide donc de lancer sa propre entreprise qui, 100 ans plus tard, sera toujours en exploitation.

Avec des moyens modestes, Alphonse Derome dirige pendant une trentaine d’années son entreprise qui se spécialise alors dans l’imprimerie et les produits de marquage. Véritable tour de force, il parvient même à traverser et sortir indemne de la grande dépression de 1929.

Deuxième génération

En 1940, son fils, Conrad Derome, prend alors les guides de l’entreprise afin de poursuivre son expansion. Mais le malheur frappe. Un incendie détruit le bâtiment et tout l’équipement. C’est une perte totale, d’autant plus lourde que l’entreprise n’avait pas les moyens d’être assurée. Homme de la même trempe que son père, Conrad Derome, contre toute attente, décide de tout rebâtir et renaît de ses cendres.

L’entreprise située dans le Vieux-Montréal, alors le centre économique le plus important du Dominion du Canada, fabrique des estampes à l’aide des technologies de l’époque, soit des assemblages de lettres en bois ou en plomb et des moules en plâtre. Les imprimés étaient produits sur des presses à platine.

Troisième génération

Dans les années 50, Jean-Pierre Derome et Serge Derome prennent la relève, respectivement comme président et vice-président. Portés par le vent de changement qui souffle sur leur domaine, ils acquièrent une machine typographique Ludlow qui simplifie l’impression de lignes de texte. Dans les années 70, la montée en popularité du procédé offset et les investissements trop lourds qui s’y rattachent poussent les deux frères à concentrer les activités de l’entreprise sur les produits de marquage.

Quatrième génération

Dès 1973, le jeune Stéphan Derome, l’actuel président de A. Derome, commence à s’intéresser à l’entreprise, à ses méthodes de production et au milieu des affaires. C’est en 1976, à l’âge de 16 ans, qu’il fait le grand saut et commence à travailler à temps plein pour l’entreprise familiale. Quelques années plus tard, soit en 1979, le bail de l’entreprise arrive à son terme. Dans un contexte où la vocation commerciale du Vieux-Montréal s’étiole pour faire place au tourisme, Jean-Pierre et Serge Derome décident de déménager les installations dans le parc industriel de Laval.

Suivra l’achat d’un bâtiment de 3500 pieds carrés, bâtiment que l’entreprise occupe toujours, mais dont la superficie est aujourd’hui de plus de 10,000 pieds carrés. À partir de cette date, les changements se bousculent, en commençant par l’achat d’une machine Power View 10 Compugraphic. L’entreprise réalise que si elle veut soutenir son expansion, elle doit augmenter sa productivité. Les cinq machines Ludlow sont donc remplacées par une photocomposeuse qui représente un gain en terme d’efficacité et d’espace.

Peu après, A. Derome se joint au regroupement US Business Stamp, ce qui positionne l’entreprise avantageusement vis-à-vis de ses concurrents. Cette adhésion à la USBS permet à Stéphan Derome de participer à une Colloque de l’international Marking & Identification Association (IMIA). Un événement qui aura un impact majeur sur l’entreprise en lui permettant de côtoyer les ténors du milieu, les manufacturiers et de multiplier ses possibilités et les occasions d’affaires.

Deux années plus tard, c’est la révolution Apple. A. Derome est désormais à l’ère de l’informatique qui a révolutionné les procédés et les méthodes de travail. Stéphan Derome devient président de l’entreprise en 1988. Dans cette même décennie apparaissent les estampes auto-encreur, une autre innovation du domaine qui offre une efficacité d’impression supérieure et dont le potentiel n’échappe pas au jeune président. Aujourd’hui, la vente de ce produit représente 80 % du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Sous la pression croissante de la demande, A. Derome ajoute la gravure à la liste de ses services. Une décision qui s’inscrit dans sa stratégie visant à se positionner comme guichet unique répondant à tous les besoins de ses clients.

Après un siècle d’activités ininterrompues, l’entreprise toujours détenue et dirigée par un membre de la famille Derome, est un exemple de réussite, de résilience et de persévérance qui caractérise les entrepreneurs d’ici.


Estampes